Women’s Initiative in Lottery Leadership - Afrique

En ligne
29 octobre 2021
Un événement de la WLA et la ALA

12:00 – 14:00 (Casablanca, GMT +1)
13:00 – 15:00 (Lausanne, GMT +2)

Langue de cet événement: français
This event is in French only.

WILL est une initiative lancée en 2016 par Rebecca Paul, Présidence de la World Lottery Association, visant à encourager le développement du leadership féminin dans l’industrie des loteries.

La création de WILL Afrique en Juillet 2019 acte la prise de conscience par l’ALA des enjeux liés au nécessaire renforcement du leadership féminin au sein du continent africain.

Ce premier Webinar autour de la thématique du leadership féminin et de l’empowerment sera modéré par Sylvère-Henry Cissé et verra la participation de trois femmes au parcours exceptionnel. Elles partageront leur expériences pour mettre en lumière la place des femmes et inspirer la communauté.

Sylvère-Henry Cissé, Conseil en communication, journaliste, auteur et producteur de documentaires et modérateur de la table ronde

Sylvère-Henry Cissé (modérateur)

Sylvère-Henry Cissé a fondé et dirige 6C Conseil, agence en stratégie et conseil en communication. Auteur de contributions pour Le Point Afrique, Forbes, le MACAAL ou le groupe de recherche ACHAC, Sylvère-Henry Cissé possède un parcours riche et transmédias. Il intervient sur de nombreux sujets allant de la culture au sport, en passant par les sujets de société. Il est également auteur et producteur de documentaires, notamment autour des problématiques des populations noires.

Par ailleurs, formateur pour adultes à la prise de parole en France et en Afrique, Sylvère-Henry Cissé a enseigné la communication et le journalisme dans différents établissements supérieurs, notamment à l’Institut National de l’Audiovisuel, à l'EICAR, l'école internationale de cinéma, à l’INSEEC et à La Sorbonne. Sylvère-Henry Cissé est l’auteur de « Rap en Nord » Miroirs Éditions.

Maryse Mbonyumutwa Gallagher, CEO Pink Mango Rwanda

Maryse Mbonyumutwa Gallagher

Maryse Mbonyumutwa Gallagher a passé les 20 premières années de sa vie entre la Belgique et le Rwanda. En 1994, à 20 ans, elle est allée vivre à Bruxelles. Après ses études, elle a débuté dans l'industrie. L’Asie du Sud-Est, Chine, Bangladesh et l’Angleterre deviennent des régions familières du fait de son métier. Maryse devient doucement mais sûrement une référence dans le milieu du textile.

C'est alors qu'elle apprend que des opportunités s'offrent au Rwanda, un pays auquel elle n'avait pas pensé, car le Rwanda est enclavé et n'a aucun historique de production textile. Maryse contacte Clare Akamazi, CEO du Rwanda Development Board (RDB). La mentalité très orientée business de la CEO de RDB colle parfaitement à son projet. Elle décide de s'installer au « pays des Mille Collines ». Une condition est cependant posée : s'intégrer au pays et ne pas faire du copier-coller de ce qui se fait en Chine.

Maryse est désormais CEO de Pink Mango, une usine de textile au Rwanda. Elle a un engagement RSE très fort puisqu’elle a lancé plusieurs actions pour réduire la pauvreté et lutter contre la faim. Elle a notamment fixé la limite d'âge à 45 ans, car le travail à la chaîne est très difficile et offre les repas du midi gratuitement à chacun de ses employés. Elle a aussi ouvert une crèche étant donné que 85 % des femmes employées ont des enfants.

Pink Mango est passée en deux ans de 370 employés à 1 800 avec et vise unobjectif de 7 500 dans les cinq ans à venir.

Nawal El Moutawakel, Membre exécutif du Comité International Olympique

Nawal El Moutawakel

En remportant le 400 mètres haies des Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984, la marocaine Nawal El Moutawakel est devenue la première femme arabe, musulmane, marocaine et africaine à décrocher une médaille d'or olympique. Nawal El Moutawakel a fait ses débuts au Maroc avec son Club de toujours, le Club Municipal Casablancais où elle a perfectionné ses entrainements avec son entraineur Jean François Coquand. Par la suite, elle s’envole aux États-Unis où elle obtient une bourse d’études à l’Iowa State Université pourpoursuivre ses études universitaires et ses entrainements.

Après la fin de sa carrière sportive en tant qu’athlète et son diplôme universitaire, elle reste activement présente et impliquée dans la scène sportive marocaine et internationale.

Secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires sociales, chargée de la jeunesse et des sports (1997-1998) et ministre de la Jeunesse et des Sports (2007-2009), elle a fait de l’activité physique et le sport sa cause.

Organisatrice de la course féminine de Casablanca, où 30 000 femmes participent pour le plaisir, elle met ses convictions en pratique.

Son influence et ascension à l'échelle internationale n’a cessé d’augmenter. En 1995, elle devient membre du conseil de l'Association Internationale des Fédérations d'Athlétisme (IAAF) et 2 ans plus tard, elle est élue membre au Comité International Olympique.

Au sein du Comité International Olympique, elle est membre de nombreuses commissions dont celle « Femmes et Sport », « Marketing » et« Relations Internationales ». En 2004, elle a été nommée présidente de la Commission d'Evaluation du CIO pour les Jeux Olympiques d’été de 2012 et ceux de 2016. Une première dans les annales du mouvement olympique.

En janvier 2010, elle a été nommée présidente de la Commission de Coordination du CIO pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016, également une premièredans les annales du mouvement olympique.

En août 2010, elle a été nommée par le Secrétaire Général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon, Ambassadrice de Bonne Volonté des Nations Unies pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

En juillet 2012, elle a été élue le troisième vice-président du CIO et en septembre 2013, elle devient première vice-présidente du CIO - la première femme d'un pays musulman, arabe et africain à occuper ce poste.

Dans le monde du Football, elle est membre de la Commission Football Féminin à la FIFA.

En 2016, elle devient membre à la Fédération Royale Marocaine du Football, présidente de la Commission du Football Féminin, membre de la Commission du Football féminin de la CAF et membre du Comité de Soutien de la Candidature du Maroc pour le mondial du Football 2006 et 2026.

Elle est présidente de l'Association Marocaine Sport et Développement où elle organise des actions à caractère sportive, caritative et humanitaire démontrant ainsi le pouvoir magique du sport.

Virginie Dias-Tagnon, Directeur des Ressources Humaines L’Oréal Afrique du Sud

Virginie Dias-Tagnon

Sénégalaise d'origine, capverdienne de sang, mère de 2 garçons francobéninois, Virginie Dias est une citoyenne panafricaine au parcours international. Elle a vécu 15 ans au Sénégal où elle est née et a grandi, puis 24 ans à Paris, 2 ans en Inde, 1 an en Norvège et depuis 4 années elle vit en Afrique du Sud.

Après avoir obtenu un Master en droit privé à l'Université Paris Assas, elle est diplômée d'un Master en Ressources Humaines de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris « Sciences Po Paris ». Elle a débuté sa carrière au sein du Groupe Bolloré en tant que responsable RH de l'outre-mer. Après 5 ans, elle rejoint le Groupe Galeries Lafayette, le plus grand magasin de France en tant que DRH dans la chaîne d’approvisionnement. 4 ans plus tard, elle se voit offrir une nouvelle opportunité par le Groupe L'Oréal, leader mondial de la beauté. Au sein de L'Oréal, depuis 12 ans, elle a occupé 5 postes dans 4 pays différents. Elle a commencé en tant que DRH pour les opérations en France, puis elle est partie en Inde pour gérer l'expansion de l'activité vente au détail. Elle a ensuite pris le poste de directrice des ressources humaine en Norvège pour mettre en place l'un des plus beaux sièges sociaux d'Europe. Elle revient en France en tant que directrice du développement et formation. Début 2016, son rêve s'est réalisé alors qu'elle commençait son parcours professionnel en Afrique. Elle a été nommée directrice des ressources humaines et est désormais basée à Johannesburg. Sa mission actuelle est AFRIQUE « Attirer Fédérer Retenir pour des Carrières Innovantes en Afrique ».

Elle se définit comme une citoyenne du monde qui croit que l'Afrique lui a donné une opportunité et une plateforme pour être le leader qu'elle est devenue. Son ambition est de redonner et de contribuer à la croissance du continent africain.

Elle croit fermement à l'autonomisation des femmes et aussi à l'entrepreneuriat pour accélérer l'emploi des jeunes en Afrique. Donner une chance à des talents, qui n'auraient pas pensé pouvoir réussir, a été son objectif ces dernières années en offrant des bourses à de jeunes Africains talentueux. Elle incarne la diversité et l'inclusion et a joué un rôle important dans l'autonomisation des femmes en Afrique par le biais d'un programme de leadership et de mentorat.

En mai 2019, le magazine « La Tribune Afrique » a nommé Virginie dans le top 10 des directeurs des ressources humaines ayant un impact en Afrique.